Château fort, donjon, tour, enceinte, motte castrale, fortification, ruine du Moyen Âge en Belgique.

Les châteaux en Belgique et plus particulièrement les châteaux forts du Moyen Âge de Belgique sont ici à l'honneur. Notre but : faire (re)découvrir le patrimoine fortifié médiéval. La visite d'un prestigieux château fort ou d'une ruine féodale abandonnée nous ramène à un temps taxé d'obscurantisme par certains et magnifié d'imaginaire chevaleresque par d'autres. Personne n'y est indifférent, nos racines s'y enfoncent trop profondément.

Donjon de Villeret

Sauvé en 1995 d'une ruine qui n'en finissait plus de le ronger, le donjon de Villeret à Saint-Martin (commune de Jemeppe-sur-Sambre en Belgique) est perché en bordure d'un plateau qui domine de 25 mètres la vallée de la Ligne.

L'architecture de cette tour fortifiée est un bel exemple de donjon d'habitation de la première moitié du XIIIe siècle : elle est simple, solide, fonctionnelle. Son plan rectangulaire, en calcaire, grès et dolomie, en fait un édifice massif aux allures respectables. Tout porte à croire qu'il fut érigé ici -à la frontière entre le comté de Namur et le duché de Brabant- par le chevalier Ybert de Villeret, que des textes mentionnent en 1247. Le donjon faisait alors partie d'un système de défense frontalier comprenant le donjon de Falnuée et le château de Mielmont.

Au-dessus de caves voutées s'élèvent trois niveaux, reliés entre eux par un escalier intra mural (v. la tour d'Alvaux). Le rez-de-chaussée, partie la plus vulnérable, n'est percé que d'archères. Il servait de cellier. Quant au premier étage, il était réservé à l'habitation. Alors que ce genre de construction présente généralement peu d'ouvertures tel le donjon d'Amay, tout est ici plutôt lumineux et exposé, du moins pour l'époque. Ce niveau présente en effet cinq fenêtres à banquettes et, sur la façade sud, une porte qui donnait jadis accès aux latrines, posées sur des corbeaux de pierre toujours présents.

Le caractère défensif du second étage ne fait aucun doute. Il est ouvert d'une série de fenêtres moyennement étroites et d'une porte. Sur les quatre façades, on peut observer des trous de boulins qui soutenaient à l'origine un hourd de bois, faisant le tour complet de l'édifice. On peut se faire aujourd'hui une idée assez précise de cet appendice guerrier médiéval par l'usage de poutrelles métalliques et d'une passerelle de caillebotis représentant en partie les installations d'époque.

Cette tour fortifiée, restée trop longtemps dans un état de dégradation avancé, connait à présent la joie d'être à nouveau habitée. Les détériorations continues des siècles derniers sont maintenant oubliées, laissant la place à un entretien régulier. Pour donner le meilleur d'eux-mêmes, les vieux murs ont décidément besoin de se sentir utiles.



Informations pratiques :

Adresse :  rue du Peka à 5190 Jemeppe-sur-Sambre, Belgique.
Voir la situation sur notre carte.
Visite : On ne visite pas, sauf lors d'évènements particuliers telles que les journées du patrimoine. Peu visible en d'autres-temps ; au loin depuis la rue du Peka et plus difficilement encore depuis la rue des Trois Maisons d'où il dépasse partiellement de la cime des arbres.
Accès à mobilité réduite : non
Location : non.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...